Rochechouard

Le moulin de Rochechouard ou moulin Rochar est situé sur la Tronne de Dizier au cœur de la localité de Suèvres près du Pont aux Choux. Il fait partie des 18 moulins à eau recensés à Suèvres au XIXème siècle

Sa première datation remonte au 12 juillet 1393, date du bail emphytéotique signé entre le Chapitre de Saint Martin de Tours et Thomas MORILLON. Le moulin restera la propriété du clergé jusqu’à la révolution française où il sera nationalisé et vendu à un particulier, Monsieur BOURGUIGNON, tanneur à Blois.

Avant tout consacré à la production de farine, il est transformé en moulin à tan pour les besoins en cuir des armées républicaines pendant la période révolutionnaire. Reprenant son activité première en 1813, ses bâtiments furent rehaussés en 1817 avec l’apparition des moulins dit « à l’anglaise » où les opérations de fabrication de la farine jusqu’alors réalisées séparément vont désormais s’enchaîner. Monsieur GOUTE, marchand de cuir à Blois le possède jusqu’en 1862 puis le donne à bail aux frères BURY, meuniers à La Chapelle Saint-Martin. Vers 1880, Monsieur Faustin BURY, arrière-grand-père du meunier actuel, devient propriétaire du moulin.

De 1912 à 1928, le moulin est loué à des menuisiers, Monsieur TOURNOIS puis Joseph BAGOT,  qui utilisent la force motrice du moulin pour leur scierie. C’est l’époque où les petites exploitations disparaissent, concurrencées par les grandes minoteries. Puis le moulin est abandonné jusqu’en 1946.

A la libération les propriétaires, Jean LIMOUSIN et Faustin RABIER, font remonter les meules pour produire de la pâtée de céréales destinée à leurs animaux.

En 1994 Jean LIMOUSIN et Faustin RABIER sans héritier proche, souhaitant que leur moulin ne soit pas dévié de sa vocation première, en firent don à l’Association des Moulins à Eau de Loir et Cher spécialement fondée à cette occasion.  C’est en septembre 1999 que Faustin RABIER, seul survivant, cessa son activité de meunier.


Désolé, il n'y a pas de commentaire sur cette page.