Moulin de Courtozé

Ce moulin est situé à moins de dix kilomètres au nord-ouest de Vendôme en prenant la route du Mans. Il est dressé sur la rivière du Boulon, en aval des moulins de Galette et de Chétiveau, en contrebas d’un ancien prieuré du XIème siècle jouxtant le Château de Courtozé,.

Moulin de CourtozéSes origines, très anciennes, remontant au XIe ou XIIe siècle en font probablement l’un des premiers moulins bâtis sur cette rivière.
Son histoire semble liée à celle du prieuré de Courtozé, dont il ne subsiste aujourd’hui plus que le portail.
En effet, ce moulin, propriété de la Trinité de Vendôme dès le XIIe siècle fut habité par des moines, qui œuvrèrent à la production de farine et utilisèrent les abondantes ressources en poisson du Boulon.
Roue du moulin de CourtozéEn 1577, le clergé, devant faire face à une taxe fixée par le roi Henri III pour l’aider à guerroyer contre les protestants, se sépara du moulin de Courtozé en le cédant à André de Nambu, prévôt de Courtozé et maître d’hôtel de la reine Élisabeth d’Autriche, épouse de Charles IX.Le mécanisme
Il passa également aux mains de la comtesse de Bavre, puis de la famille Croué qui est à l’origine de la reconstruction du château en 1866.

bélier hydrauliquePour les besoins du château, ce dernier fit installer un double bélier hydraulique, encore visible actuellement. Ce double Bélier, construction de l’entreprise Bollée du Mans, est une ingénieuse invention des frères Montgolfier qui servait à alimenter en eau des zones géographiques plus élevées, sans aucun apport d’énergie autre que celle de l’eau. Ce bélier alimentait les fontaines du parc du Château de Courtozé situé au-dessus du moulin.Le bélier hydraulique

Le moulin et le château ont ensuite été repris par le conseil général de Loir-et-Cher, puis par l’hôpital de Vendôme qui le transforma en logements pour le personnel, en espaces de repos, puis en salles d’activités pour les patients.
Le moulin de Courtozé, à nouveau privé depuis 2010, est aujourd’hui en cours de restauration.
Courtozé, 2012