Le syndicat d’initiative prépare la saison

Hubert et Claude

Hubert et Claude devant la première meule de 300 kg : « Merci à Roger et à son tracteur élévateur » !

Le moulin de Rochechouard, base opérationnelle du syndicat d’initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire, subit en ce moment une cure de jouvence avec plusieurs aménagements nouveaux.
C’est une volonté commune de Nicole Fiot, présidente du syndicat, et de Jean-Pierre Rabier, président de l’Asme (Association de sauvegarde des moulins à eau) du Loir-et-Cher : intéresser les visiteurs en disposant d’outils didactiques destinés à mieux faire comprendre le fonctionnement du moulin.
Ils étaient donc cinq ou six costauds mardi, au moulin de Rochechouard, avec un tracteur et un élévateur pour réaliser plusieurs opérations délicates.
La première consistait à hisser un blutoir au premier étage du moulin. Un blutoir est une sorte de long tamis cylindrique permettant d’obtenir une farine plus ou moins fine à partir de la mouture brute sortie des meules du moulin. Celui-ci est un blutoir de ferme, en très bon état, prêté par Jean-Claude, un collectionneur privé du village. Il permettait au paysan de faire son tamisage lui-même et d’éviter les services payants du meunier. C’est un gros meuble en chêne, très lourd, qui cache le cylindre tamiseur : on imagine la difficulté pour le faire passer par la fenêtre étroite du premier étage ! La seconde opération, tout aussi laborieuse, fut de placer deux meules en pierre, de 300 kg chacune, devant le moulin : l’une debout appuyée contre un mur, l’autre à l’horizontale sur des cales pour en faire un banc. Un régulateur à boules a également été installé : il s’agit d’un appareil de sécurité, datant du XIXe siècle et permettant de régler automatiquement l’écartement des meules en fonction de la vitesse de la rivière. Enfin, un grand panneau présentant le moulin en coupe, dessiné par Gérard Boissier, artiste à Mer, permettra d’expliquer très efficacement, aux petits et aux grands, la transformation progressive du grain en mouture, en farine et en son. Rien n’est négligé pour la saison qui s’annonce : le rez-de-chaussée du moulin fera aussi l’objet d’un réaménagement afin de retrouver son cachet initial et des plantations d’arbustes dans la cour apporteront une touche finale de verdure et de fleurs.
Syndicat d’initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire : si.suevres.com.
ASME (Association de sauvegarde des moulins à eau du Loir-et-Cher)

Cor. NR : Bernard Fauquembergue

Accédez à l’intégralité de cet article sur www.lanouvellerepublique.fr